Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition Numérique et des Communications Electroniques, ont appelé l’ensemble des acteurs de l’alimentation à accélérer la prise en main de leurs propres données, sous l’égide de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif NumAlim qui a tenu son Assemblée Générale le 31 mars 2021.  NumAlim réunit les acteurs de la production agricole, de la transformation industrielle et coopérative, de la la distribution ainsi que les associations de consommateurs.

Découvrez la vidéo de l’intervention de Julien Denormandie :

Les ministres ont souligné l’importance de renforcer et d’accélérer l’appropriation et la maitrise des données alimentaires, qui représentent des défis majeurs, tant pour les entreprises que pour les consommateurs :

  • Pour la reconquête de la souveraineté alimentaire française, qui passe aussi par une souveraineté sur les données de l’alimentation ;
  • Pour la compétitivité des entreprises du secteur, liée à la maîtrise et la valorisation des données ;
  • Pour renforcer la fiabilité et la traçabilité des données produits, caractéristiques nutritionnelles et environnementales, répondant à l’exigence de transparence des  consommateurs

NumAlim, Plateforme Numérique de l’Alimentation, répond à ces défis en proposant à toutes les entreprises de l’agroalimentaire des solutions, pour les accompagner et les former dans la collecte, la gestion et la valorisation de leurs propres données. La constitution d’une base de données standardisées et fiabilisées représentera un bien commun, apportant une information fiable aux consommateurs et une compréhension des évolutions de tendances aux entreprises.

Le gouvernement a affirmé son soutien à cette initiative innovante du secteur agroalimentaire, en cohérence avec le plan d’investissement de 3 millions d’Euros par BPI France sur 3 ans.

Pour Julien Denormandie : « La reconquête de notre souveraineté alimentaire, qui constitue notre priorité absolue, passe aussi par une souveraineté sur les données de l’alimentation. Cette souveraineté est cruciale pour garder le contrôle de nos données et de leur valorisation. […] Les données collectées par NumAlim vont permettre à notre secteur de poursuivre sa transformation sur les plans alimentaire, environnemental et numérique ».

Pour Cédric O : « Réussir à structurer cette infrastructure de filière est absolument indispensable […] tous les secteurs qui ne l’ont pas fait ont vu quelqu’un d’autre les accaparer. […] Nous suivons d’extrêmement près cette initiative, d’un secteur qui se structure, parce que cela permettra à la fois de tirer bénéfice de cette libération de la donnée, mais également d’avoir une juste retombée de la valeur pour l’ensemble des participants ».

Par ailleurs, les deux ministres ont salué l’étape réalisée, sous la Présidence de Philippe Tillous-Borde,  rassemblant toute la diversité des acteurs, de la fourche à la fourchette, avec les associations de consommateurs et les partenaires technologiques.  Ils ont indiqué que ce collectif est essentiel pour structurer ces enjeux et appelé à une mobilisation générale, en parallèle du soutien des pouvoirs publics.

Selon Philippe Tillous-Borde, président de NumAlim : « La plateforme NumAlim est un projet unique à la fois en France et en Europe, car c’est une réponse collective du secteur aux nouveaux besoins des consommateurs. La SCIC NumAlim rassemble 7 collèges, représentatifs de l’ensemble du secteur. Parmi ceux-ci, Numagri regroupe les filières agricoles, créant un lien fort de collaboration et de stratégies complémentaires, notamment prévoyant l’interconnexion de la plateforme Apiagro avec celle de NumAlim.  Sont aussi présents la transformation regroupant l’Ania, ses Fédérations et entreprises et La Coopération Agricole, mais aussi la distribution, les associations de consommateurs et nos partenaires apporteurs de savoirs ».

Contact presse

Léa de Lamotte – Agence Shan

lea.delamotte@shan.fr – 07 76 54 49 60

Dans cet article